Sardinha Cup – Aller Retour au Portugal !

Après la bonne expérience de l’année dernière, le duo Yven – Daniellot se reforme ! Cette année encore le plus jeune équipage de la flotte du haut de nos 25 et 20 ans : 45 ans au cumulé et une motivation à toute épreuve !

Cette année, le parcours nous fait rallier Saint Gilles Croix de Vie en Vendée, à Figueira Da Foz au Portugal, à l’occasion de la fête de la Sardine d’un côté comme de l’autre. La régate organisée par le Team Vendée Formation se déroule sous le signe de la fête, de la bonne humeur et bien sûr de la compet !

Premier imprévu avant le départ

3 jours avant le départ, notre moteur nous fait faux bond. Plus de marche avant, plus de marche arrière : impossible de partir sur une course sans cet élément de sécurité en cas de pépin.

Branle bas de combat ! Tout le Team Vendée vent debout pour nous trouver des solutions. Il a fallu sortir le bateau, sortir le moteur du bateau, démonter le moteur pour trouver la panne et la pièce défaillante, trouver une pièce de rechange, tout remonter… Tout ça en un temps record !!

Alors un immense merci à Guillaume et Kevin, qui ont mis les mains dans le cambouis pendant 3 jours, Estelle qui a orchestré la mission, Patricia et Fabrice qui ont remué tout leur carnet d’adresse pour nous trouver une pièce, JF, Jordan, pour les manutentions… Et toutes les personnes qui ont mis la main à la pâte pour nous permettre de partir !!

Préparation – Départ

Pendant ce temps là, avec Pierre on ne chôme pas ! Pendant 3 jours c’est avitaillement, préparation de nos affaires, organisation du bateau, préparation météo et stratégie avec Etienne, Coach, et Christian, météorologue. Nous passons également un peu de temps avec les équipes de France 3 Pays de la Loire qui profitent de cette préparation pour tourner un épisode de l’émission « Envie Dehors » présentée par Julie Hattu !

C’est l’ouverture du village, en présence des officiels et des partenaires de l’évènement. La présentation des équipages et puis… Nous avons l’immense honneur de nous faire introniser à la confrérie de la sardine, en tant que « Grand Sardinier d’Honneur » ! Un immense merci à eux pour ce grand privilège !

La veille du départ, une course pro-amateur est organisée, nous permettant d’embarquer nos partenaires et les partenaires de la course sur nos Figaro le temps d’une après midi et d’un parcours entre Saint Gilles Croix de Vie et Brétignolle : un super moment d’échange et de partage dans des conditions royales et un plaisir de faire découvrir notre support et notre passion à nos partenaires !

Top départ Etape 1 – Saint Gilles Croix de Vie > Figueira da Foz

Le départ est lancé lundi à 16h dans de belles conditions, le spectacle doit être sympa ! Pour nous la bataille commence… Nous prenons un beau départ après quelques rappels généraux, on doit être trop pressés de partir au Portugal !

Après un passage de la bouée de dégagement dans le top 10, direction l’île d’Yeu à laisser à bâbord avant de mettre enfin le cap vers le sud. La descente du Golfe de Gascogne se fera au près, dans un vent soutenu : deux jours à la gîte en Figaro 3, on a connu plus confortable !
Au niveau stratégie, la difficulté réside à bien négocier les passages de fronts successifs (3 en un dégolfage !). Ajuster les trajectoires, placer les virements de bord au bon moment… Un vrai travail de précision !

En approche des côtes Espagnoles, comme prévu, une dorsale anticyclonique nous barre la route. Il nous faut élaborer une stratégie pour traverser la molle le plus rapidement possible et atteindre les alizés Portugais qui nous attendent derrière le cap Finistère !

A la nuit tombante, deux possibilités s’offrent à nous. Se rapprocher au maximum de la côte pour trouver une brise de nuit OU s’écarter au maximum de la côte pour retrouver le vent synoptique. Nous choisissons la première option, direction la côte ! L’idée était là, et pas si mauvaise car une petite partie de notre paquet réussi à en profiter. En pratique, nous ne nous rapprochons pas assez de la terre et ne touchons pas autant de vent que nous l’avions imaginé.

Note pour plus tard : aller chercher le thermique de nuit à <2 milles de la côte.

Les écarts ne feront que s’agrandir entre tous les bateaux, les premiers partent par devant et plus on est derrière plus on reste dans la bulle sans vent… Il faudra attendre de passer la Baie de la Corogne pour retrouver du vent et faire enfin cap, au portant, vers le Sud.

La suite, ça sera une grande descente sous spi, dans un vent forcissant jusqu’à 25, 30 nœuds, le long des côtes Portugaises ! C’est donc ça qu’on appelle les Alizés Portugais… Une 20aine d’heures à se relayer à la barre avec Pierre par tranches de 45 minutes pour garder le bateau dans les surfs au maximum de sa vitesse et éviter de partir au tas ! C’est sport, ça mouille, mais qu’est ce que c’est bon !!

La Baie de Figueira da Foz, au fond de laquelle nous attend la ligne d’arrivée, est complètement abritée du vent. Nous passerons la ligne au coude à coude avec Corentin Horeau et Julien Villion, dans 2 noeuds de vent poussés par la houle, à la 16ème place !

©JEAN-BAPTISTE D’ENQUIN – SARDINHA CUP 2022

L’Escale Portugaise

Quelques jours de pause au Portugal nous font le plus grand bien ! C’est agréable de se retrouver un peu loin, dans un autre pays, vivre à un autre rythme, une autre culture, les portugais nous ont réservé un super accueil !

Pendant que les préparateurs reprennent la main sur nos bateaux pour les remettre dans un état impeccable, réparer tous les petits bobos (Merci Guigui !!!)… Nous en profitons pour nous reposer un maximum et se balader dans la ville, aller voir les vagues portugaises, découvrir les spécialités locales et notamment la sardine car c’est un weekend de fête ici à Figueira.

Puis nous reprenons la routine habituelle, avitaillement, préparation de l’étape, météo… Le retour s’annonce complexe !

Nous profitons une dernière fois du bon climat Portugais à l’occasion d’une petite course pro-am la veille du départ. Tous les bateaux ne peuvent y participer car des voiles sont en cours de réparation. C’est l’occasion pour nous d’accueillir à bord, en plus des partenaires de la course, Pierre Quiroga, vainqueur de la dernière Solitaire du Figaro ! Un moment sympa et des échanges intéressants !

©JEAN-BAPTISTE D’ENQUIN – SARDINHA CUP 2022

Etape 2 – Figueira da Foz > Saint Gilles Croix de Vie

Un parcours sur le papier on ne peut plus simple : départ devant Figueira, bouée de dégagement, et arrivée devant Saint Gilles.

©JEAN-BAPTISTE D’ENQUIN – SARDINHA CUP 2022

En pratique, la météo a rendu tout ça bien plus complexe ! Les fortes chaleurs sur l’Espagne ont créé une dépression thermique ou orageuse induisant une forte instabilité de l’air. Mis à part au tout départ, nous n’avons jamais eu au cours de l’étape les prévisions attendues !

Il faut savoir qu’en course, c’est une particularité de notre circuit, nous n’avons pas de moyens de télécharger de nouveaux fichiers météo nous permettant d’actualiser nos routages. Les fichiers que nous téléchargeons avant de partir seront ceux que nous aurons pour toute la durée de la course. Nous n’avons comme seule solution, d’observer le ciel pour essayer de comprendre ce qui va se passer ensuite !

Mais dans un temps aussi incertain que sur cette 2nde étape , il n’y avait pas grand chose à prévoir ni à anticiper ! La stratégie devient alors très simple : être patient et essayer de faire le moins de route possible en avançant le plus vite possible.
Facile à dire, beaucoup moins facile à faire quand le vent passe brusquement de 0 à 30 nœuds et du Sud Ouest au Nord Est ! Cela pendant 3 jours…

Les premiers orages apparaissent au Nord du Portugal. Nous remontons coûte que coûte vers le Nord en tentant des petites options parfois un peu trop osées qui nous éloignent un peu du paquet. C’est comme ça qu’on apprend ! Nous recollons le groupe au niveau du cap Finisterre. A ce moment, nous nous attendions à prendre un peu de vent, on a été servi ! L’accélération du cap Finistère n’est plus une légende et le vent était même bien plus fort que prévu : 30 à 35 noeuds au près, ça commence à faire beaucoup ! Puis nous remontons en nous rapprochant de la côte, et à partir de ce moment là…

Le centre dépressionnaire s’est déplacé et étalé dans le Golfe de Gascogne… Le temps est long, les nerfs sont mis à rude épreuve ! On se demande même à un moment si on ne va pas rester coller dans le Golfe beaucoup plus longtemps que prévu et si on ne va pas manquer d’eau et de nourriture… Et on commence à se rationner ! Nous choisissons de nous éloigner de la côte, espérant trouver de meilleures conditions au large.

Un échange avec un cargo nous redonne un peu confiance. D’après lui, le vent va rentrer Nord Nord Ouest, assez fort, dans la journée du samedi, ce qui nous conforte dans notre idée de pousser notre option Nord.

Nous vivons une dernière nuit impressionnante sous les orages. Le vent monte, et encore beaucoup plus fort que prévu, jusqu’à 42 nœuds au compteur ! Les crêtes des vagues sont éclairées par le plancton phosphorescent, les éclairs et l’électricité illuminent le ciel… On y voit presque comme en plein jour dans cette nuit sans lune !

Nous sommes plutôt bien placés par rapport à notre petit paquet du Nord, mais impossible de savoir si ceux du Sud sont devant ou derrière nous, à ce stade tout est possible ! Nous finissons en tirant quelques bords entre l’île d’Yeu et Saint Gilles, avant de franchir, enfin, la ligne d’arrivée après 4 jours et 20h de navigation intense, à la 12ème place, le top 10 se rapproche !!

Bilan des courses

Deux étapes incroyables qui nous ont permis de naviguer dans des conditions extrêmement variées ! Nous sommes passés à toutes les allures, avons sorti toutes les voiles, sommes passés à toutes les places du classement et traversé tous les états possibles !

On a appris un paquet de choses et pris un maximum d’expérience, précieuse pour affronter ce genre de courses !

L’ambiance à bord était top, avec Pierre on a rapidement chacun trouvé notre place, on s’est réparti les rôles assez simplement et tout s’est passé au mieux. On était contents d’être à deux pour affronter les orages et les longues journées sans vent !

On a eu la chance d’être escorté par les dauphins une bonne partie du parcours, d’observer des globicéphales et même d’accueillir un petit oiseau à bord pendant 24h.

Le bilan est plutôt positif, le top 10 se rapproche un peu plus à chaque course !

Merci !

On ne peux encore que remercier la petite équipe qui nous accompagne et nous permet d’être au top : Guillaume à la préparation du bateau, qui nous permet de partir en confiance
Lucie à la communication, qui vous a fait vivre tout l’évènement
JB et Nico pour les images tout au long de la course
Le Team Vendée Formation pour le soutien dans notre projet et surtout l’organisation de cette belle course, en collaboration avec le Portugal
Les partenaires, au top, qui nous soutiennent, nous suivent et nous encouragent
Team Vendée Formation – BOTTE Fondations – Béton Solutions Mobiles – AMSA – BAUER – DMTP – EUROFOR – PREMAT – SAUGERA – SOLID CONTROL – SOMINDUS – UNIBETON – Technique Voile – Sailproof – SailGrib – Marinepool – Société des Régates de Térénez
Nos familles, nos premiers supporters, qui sont là dans les bons comme les mauvais moments et nous donnent un maximum d’énergie !

Un grand merci à tous ceux que j’aurais pu oublié, tous ceux qui nous suivent, nous envoient des petits messages, ça nous donne plein de force de pouvoir partager tout ça !

Et merci à vous si vous avez eu le courage de lire le récit jusqu’au bout !



2 commentaires sur “Sardinha Cup – Aller Retour au Portugal !

  1. Merci Chacha pour ce super contre rendu, 0n apprend plein de choses, on croit que sans vent c’est cool…..mais pas du tout….BRAVO à vous pour cette super course au large et nous la faire partager Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.